Le brame du cerf en Andalousie

Au début de l’automne, les nombreux parcs naturels d’Andalousie sont le théâtre de luttes entre cerfs pour la conquête du plus grand nombre de femelles. Le spectacle s’étend à travers toute la région andalouse, mais c’est dans les parcs de Los Alcornocales (province de Cadix et Malaga), de Cazorla, Segura y Las Villas que les chances d’y assister sont les plus grandes.

Cela fait plusieurs jours que le soleil perd de sa vigueur et que ses rayons ne brûlent plus ; que les bois se réveillent enveloppés de rosée et qu’une odeur de pluie et d’humidité s’approprie les chemins et les vallées. Les couleurs aussi ont changées. La verdeur de l’été cède la place à des tons plus ocres, bruns, safranés, plus proches de ceux des troncs que de ceux des feuilles qui jusqu’à il y a peu constituaient une métaphore de la vie des grands parcs andalous.

L’automne arrive et avec la nouvelle saison le brame des cerfs en rut. Les parcs naturels du sud s’emplissent peu à peu de leurs sons, plus audibles au crépuscule qu’aux premières heures de la journée. C’est à ces heures imprécises et obscures que les grands mâles sortent de l’épaisseur des fourrés et des arbustes où ils demeuraient cachés en guettant les femelles insouciantes. Le rituel est toujours le même et le spectacle est saisissant. La brame est un des sons les plus reconnaissables de la nature. On peut l’entendre en Andalousie jusqu’à la fin octobre, lorsque les froids annonçant l’hiver commenceront à toucher les sierras les plus méridionales.

Aux 4 coins de l’Andalousie

L’Andalousie est la communauté espagnole comptant le plus grand nombre d’espaces naturels protégés. On peut assister à la lutte des cerfs dans ses 8 provinces : Almeria, Cadix, Cordoue, Malaga, Huelva, Jaen, Grenade et Séville.

A Almeria, le brame s’écoute dans la Sierra Maria ; à Grenade, il faut se rendre dans les Sierras de Baza et de Castril ; à Malaga, dans la Sierra de las Nieves (à proximité de Ronda) et dans quelques endroits de la région montagneuse dénommée Axarquia. A Huelva, le brame du cerf est un pèlerinage auquel se rendent chaque année des randonneurs de toute la province, notamment dans la Sierra de Aracena y Picos de Aroche. A Séville, c’est la Sierra Norte qui permettra d’assister au spectacle, et à Cordoue, on se rendra dans le parc naturel de Hornachuelos.

Mais il existe en Andalousie deux endroits où l’affrontement entre les grands seigneurs de la forêt revêt une spéciale théâtralité. Il s’agit du parc naturel de los Alcornocales à Cadix et celui de las Sierras de Cazorla, Segura y las Villas à Jaen. Dans ces des sites distants entre eux, le brame est un spectacle inégalable. Lorsque s’achève l’été, les cerfs se livrent une bataille sans merci pour conquérir les femelles. Le spectacle commence par les bramements et se poursuit durant plusieurs jours avec des affrontements qui font se choquer les bois jusqu’à épuisement des participants. Leurs bramements envahissent le cœur du parc.

Des visites accompagnées

A Cadix, plusieurs entreprises de tourisme actif programment des circuits pour assister aux brames des cerfs. L’association de randonnée Vulpes par exemple, programme une route dans le parc naturel de Los Alcornocales pour une visite de 5 heures et demi. Herbivores, vagabonds et noctambules, les cerfs de Los Alcornocales sont de couleur grisée en hiver et brun rougeâtre au printemps. Ils pèsent plus de 100 kg et c’est en juillet qu’ils dévoilent leur grandeur et leur splendeur.

Dans la Sierra de Cadix, c’est l’espèce chassée de plus grande importance cynégétique et ils trouvent dans les Alcoronocales le refuge idéal. Dans la Sierra de Cazorla, Segura y Las Villas, de nombreuses entreprises de tourisme actif invitent les visiteurs du plus grand parc naturel d’Espagne à assister aux spectacles depuis des miradors exceptionnels : c’est le cas du mirador Felix Rodriguez de la Fuente qui nous rappelle le travail de protection et de vulgarisation réalisé par le naturaliste dans cette contrée de la province de Jaen.

Depuis ce lieu, Rodriguez de la Fuente filma l’affrontement impressionnant de deux mâles qui se livraient bataille pour un abondant harem de femelles. Il est situé au pied de la vallée du Guadalquivir, non loin du barrage del Tranco. Les prés et pâturages inhabités se peuplent de gibier, et les sons rauques et gutturaux des bestiaux vient perturber la paix des collines et des montagnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *